accueil > entrées > Rôles

 Princesses, serpents et facilitateurs

Si, comme nous l’indiquions plus haut, nous ne débarquons pas vierges dans un groupe, il n’en demeure pas moins que nous sommes chacun affectés de manière singulière par le milieu dans lequel nous évoluons et par ses caractéristiques. Bref, nous avons affaire à Pierre, Aline, Jeanne, des êtres qui ont réagi de manière singulière aux divers milieux qui les ont construits, en contractant des habitudes propres. Untel, brillant orateur, ne ratera jamais le bon moment pour intervenir dans une assemblée ou une réunion ; untel, timide et taiseux, persuadé que ce qu’il a à dire n’en vaut pas la peine, a des sueurs froides à l’idée de prendre la parole en public ; une telle, fonceuse et énergique, ne cessera de critiquer le groupe parce qu’il est toujours trop lent, trop prudent, etc. Starhawk dresse ainsi une série de portraits éthologiques de « rôles implicites » que l’on retrouve peu ou prou dans la plupart des groupes [6]. Mettre en place des rôles dans un groupe peut nous aider à transformer cet état de fait.

Plusieurs dispositifs peuvent être utilisés à cet effet. Un premier dispositif consiste à tenter de faire bouger les rôles (pré)acquis ou qui se fixent dans le groupe, les pousser ailleurs que là où ils ont pris l’habitude de se réfugier suivant leur pente « naturelle ». Pour ce faire, le groupe prendra du temps pour identifier les types de positions qu’adoptent ses protagonistes et les affects qui y sont liés, imaginer ensuite des questions à résoudre ou des propositions à travailler qui soient susceptibles d’enrichir la palette, les couleurs de la fonction de chacun dans le groupe et les manières qui sont les siennes d’intervenir et de faire évoluer l’histoire collective. Ainsi, au sujet de « la princesse », tellement sensible que le groupe n’est jamais assez doux à ses yeux, qui se sent obligée de faire remarquer à tout bout de champ de petites tensions ou des nuances mineures de conflits, qui s’exprime souvent avec une grande anxiété, le groupe pourrait, comme le fait Starhawk, pointer son apport « thérapeutique », son côté « médium », mais aussi qu’elle laisse souvent tomber les groupes si elle ne les dirige pas. Avec sa complicité, on peut par exemple lui suggérer de « bouger » en se posant la question suivante : avec qui suis-je en compétition et à propos de quoi ? Il peut aussi lui être proposé de s’empêcher de faire des remarques sur le fonctionnement jusqu’à ce qu’elle puisse le faire en insultant amicalement un autre membre du groupe. Ou dans cet autre cas : que proposer à la « star », celui qui croit toujours que les réunions n’ont jamais vraiment commencé tant qu’il n’est pas arrivé, qui a réponse et argument sur tout et avec brio, qui prend toujours la parole et interrompt tout le monde ? De quelle fonction peut-il s’emparer, qui l’aide à mettre ses talents connus ou d’autres insoupçonnés au service de l’énergie du groupe par exemple ou d’une distribution attentive et équilibrée de la parole entre tous ?

Pour aider à faire bouger les rôles, stimuler ceux qui les endossent à la prise de distance sur leur penchant habituel, un autre artifice peut être mis en place. Il consiste à distribuer à chacun des consignes particulières que l’on peut définir par une fonction à jouer dans le groupe. Et ici l’imagination est une fois encore à convoquer car il s’agit de fabriquer des propositions qui chaque fois sont pensées en fonction des difficultés spécifiques du groupe, de ce sur quoi il bute. Le but est de faire bouger le scénario et les rôles dans lesquels le groupe est en train de s’installer.

Ainsi peuvent être construites et distribuées des fonctions telles que « le serpent », qui « a la responsabilité de signaler le silence de certains, ou le fait que d’autres ont objecté, mais n’ont pas été écoutés, et se taisent depuis. Le serpent n’est pas un justicier, un défenseur des faibles. Il ne dénonce pas ceux qui parlent, il les oblige à ralentir. Corrélativement, il ne s’agit pas de comprendre ce que “voulaient dire” ceux et celles qui n’ont pas été écoutés, ou ce que taisent ceux et celles qui ne parlent pas, ni non plus d’interpréter leur attitude sur un mode psychologique. [7] » La fonction du serpent est ici de rendre apparents des signes qui se manifestent dans le groupe et qui sont des aspects de la situation que le groupe traite, qui parlent à travers ces signes et gagnent à être pris en compte : en quoi le problème que nous traitons nous intéresse-t-il tous ? Est-il bien posé ? Ne sommes-nous pas en train de nous priver de l’apport de certains regards sur la question, de certains points de vue ? La décision que nous allons prendre nous engagera-t-elle toutes ou sera-t-elle mutilée du silence des uns et d’une adhésion de façade concédée par les autres ?

Starhawk suggère plusieurs fonctions, telles que le facilitateur, le guetteur d’ambiance, le médiateur, le coordinateur [8]. On peut en inventer à l’envi, pour autant, primo, que cela aide le groupe à résoudre des problèmes auxquels il se sent confronté, deuxio, que cela valorise chacun en lui offrant l’occasion d’avoir un apport particulier, identifié et reconnu par le groupe, et tertio, que l’attention que requise par l’exercice de la fonction l’aide à prendre distance avec la manière habituelle qu’il a d’être et de faire dans le groupe. Par exemple : je suis toujours ronchon, râleur et rentre dedans, et me voilà amené à être guetteur d’ambiance, donc à être attentif aux tensions et à l’anxiété qui habite le groupe, au style des échanges et à leurs effets.

Deux critères peuvent être convoqués pour penser la distribution de ces fonctions. Tout d’abord, les caractéristiques même des rôles qu’il s’agit de faire bouger, comme dans l’exemple décrit ci-dessus. Il s’agira néanmoins de faire preuve d’un peut de tact et de persévérance : une personne généralement « taiseuse » ou « timide » ne deviendra pas du jour au lendemain une facilitatrice aguerrie. À l’instar du sportif ou de l’artisan, il faut s’entraîner pour acquérir un nouveau geste, une nouvelle habitude. S’il est donc important, comme nous le verrons plus bas, de faire tourner les rôles, il peut cependant être utile de confier ce rôle plusieurs fois d’affilée à la même personne, afin qu’elle l’éprouve, qu’elle puisse sentir où ça marche et où ça coince… et se rendre compte que tout compte fait ce n’était pas si terrible ni si insurmontable pour elle. Si dans un premier temps on peut se sentir stressée ou horriblement anxieuse – sans doute parce qu’on se met dans la tête un idéal trop élevé de ce que signifierait ce rôle – l’expérience débouche souvent sur une moquerie salutaire qui amène la personne à rire d’elle-même, de ses peurs et finalement du rôle en tant que tel. Elle l’endossera dès lors de manière beaucoup plus légère et sans doute plus efficace. N’hésitez surtout pas à célébrer ces transformations !

Tenir compte également de l’état de chacun lorsque commence une réunion : comment je me sens aujourd’hui, vers quelle pente vais-je être tentée de me laisser glisser, comment m’aider à rebondir, à retrouver une énergie active et créatrice, à partir de quelle fonction ? Pour s’aider, on peut entamer la rencontre par un « point météo » : il s’agit de donner à chacune une courte période afin de parler du temps qu’il fait pour ses émotions, si elle se sent près ou loin du centre. La personne qui se sent la plus périphérique pourra alors être choisie comme facilitatrice : elle observera le contenu des échanges et sera chargée de garder la réunion centrée, de ­distribuer la parole, de produire des synthèses, des états d’avancement des débats, bref de se mettre dans une position « neutre » sur le fond mais au plus près du centre de la dynamique. Et on demandera à celui qui se sent grincheux ou irrité de faire le « guetteur d’ambiance ».

Quand le groupe est en phase douce, hors urgence ou situation périlleuse nécessitant la mobilisation aux justes fonctions et aux justes postes des compétences de chacun, il est utile de faire tourner l’exercice de ces fonctions. S’offrir ainsi le luxe de faire du groupe un terrain de (trans)formation [9]. Renforcer le groupe en augmentant les possibilités pour tous de se donner du mouvement, de se décoller de ce qui lui « colle à la peau » et d’apprendre à devenir sensible aux multiples aspects de la vie d’un groupe, c’est anticiper sur les défaillances de certains ou sur leur éventuel départ par exemple, c’est réduire les possibilités que l’appropriation de rôles et de fonctions devienne un enjeu de conquête de pouvoir, une espèce de chasse gardée, c’est endiguer le fait que certains, en spécialisant leur compétence et en se calant dans des postes essentiels (comptable, porte-parole, coordinateur, informaticien…) se rendent incontournables et usent de cette position comme d’une arme d’influence. De plus, les groupes se font et se défont, certaines personnes quittent un groupe pour en rejoindre ou en créer d’autres. Emporter ces savoirs et les essaimer permet de nourrir et de développer ce dont nous manquons tant aujourd’hui : une culture des précédents.

Cette mise en mouvement des rôles et des fonctions n’aura de chance d’être efficace que si elle fait l’objet d’un travail et si le groupe choisit d’y consacrer le temps nécessaire, tel qu’en fin de réunion, le temps d’un « pas de côté » sur la manière dont les fonctions ont été exercées, sur la manière dont les rôles ont bougé, sur les effets que cela a produits.

Ainsi, la construction de nos histoires collectives s’offre une chance de n’être plus le jouet des passions qui l’affectent, la subjuguent, mais de devenir opportunité de jouer de ces passions : « Les gens adhèrent à des groupes avec des histoires très différentes et avec des besoins et des expériences également très différents. Les positions que nous prenons dans un groupe suivent souvent un schéma que chacun dans sa vie répète inconsciemment, sauf si nous faisons un effort délibéré pour y faire attention et changer. Certains d’entre nous ont eu l’habitude d’être au centre, d’être des personnages importants dans tous les groupes. D’autres se tiennent plutôt vers le milieu, là où ils peuvent rester anonymes. D’autres encore sont toujours dehors. C’est un gros travail de changer les schémas que nous avons appris dans les groupes compétitifs et dans les autres structures de domination. [10] »

[6] Starhawk, op. cit., p.177-186.

[7] I. Stengers et P. Pignarre, “ La sorcellerie capitaliste ”, Ed. La découverte, Paris, 2005, p.176

[8] Starhawk, op. cit., p.169

[9] On peut ainsi imaginer des formes de “compagnonnage“, où la personne reconnue comme la plus à l’aise et efficace dans le rôle de facilitateur apprend à transmettre à la personne qu’elle aurait en charge de parrainer ses savoirs-faire dans le domaine.

[10] Starhawk, op. cit., p.176.

^^